Vincent Platini. Une technique de soi : les lettres de suicide.

Le 26 novembre 2021, Vincent Platini, enseignant-chercheur en lettres modernes (Romanistik) à l’université de Cassel, est intervenu lors d’un des séminaires du vendredi pour nous parler des recherches qu’il réalise dans le cadre de son habilitation et qui portent sur les lettres de suicide, sur une période allant du XVIIIe au XXe siècle.

Les lettres de suicide en tant qu’écrit de soi sont assez peu étudiées, pour ne pas dire occultées. Durkheim lui-même, dans Le suicide (1898), dédaigne ces lettres : « les confidences que le sujet nous fait sur son état son le plus souvent insuffisantes, quand elles ne sont pas suspectes, il n’est que trop porté à se tromper sur lui-même ». Dans d’autres disciplines, ces lettres sont considérées comme des documents d’illustration (la médecine ou la suicidologie par exemple).

Après avoir lu la lettre que Roxane écrit à Usbek, tirée des Lettres Persanes de Montesquieu (1721) dans laquelle elle lui annonce qu’elle l’a trompé et qu’elle s’apprête à se donner la mort, Vincent Platini a développé plusieurs questions autour de l’étude et des enjeux des lettres de suicide, qu’il organise selon trois axes :

  • Les relations de pouvoir en jeu dans ces lettres,
  • Les transformations possibles du sujet écrivant et
  • Les écarts des lettres de suicide par rapport à certaines normes d’écriture, notamment épistolaire.

Le sujet de la présentation portant sur un travail en cours, Vincent Platini a axé son propos sur des éléments méthodologiques.

Il nous a tout d’abord présenté son corpus et les critères qui ont présidé à sa constitution. Celui-ci comprend des lettres à la fois fictionnelles et factuelles. Il définit la lettre de suicide comme « un média écrit adressé à un allocuteur pour lui communiquer quelque chose en l’absence d’un des épistolaires, média en lien avec le suicide du scripteur ». Le suicide est défini comme un cas de mort qui résulte d’un acte accompli par la victime elle-même avec l’intention ou en vue de se tuer et qui n’est pas un sacrifice[1]. Ces définitions, qui peuvent sembler basiques, permettent cependant d’exclure des médias tels que des poèmes ou des chansons par exemple, mais en incluant les lettres de suicide « raté », c’est-à-dire des lettres de suicides qui n’ont pas eu lieu. Le corpus contenait, au moment de cette conférence, quelque 300 lettres de suicide issues d’archives, manuscrites ou imprimées.

Il convient de s’interroger sur les raisons qui font qu’on ne trouve que très peu, voire pas du tout, de lettres de suicide avant le XVIIIe siècle. D’après les recherches que Vincent Platini a faites en archives, on ne retrouve que très peu de lettres de suicide avant 1750, tandis qu’à la veille de la Première Guerre Mondiale un suicide sur cinq en était accompagné. Il est par ailleurs difficile de trouver des statistiques fiables et sourcées sur ces documents et leur fréquence. Elles sont d’ailleurs souvent « fantomatiques » dans les archives, malgré des forts taux de suicide dans certaines régions, pour des raisons pratiques, juridiques, archivistiques. En France, le suicide a été criminalisé jusqu’en 1791 : un suicidé reconnu coupable voyait son cadavre soumis à un traitement infamant, ce qui pouvait inciter les familles à tenter de faire disparaître les preuves du suicide, et donc, les lettres s’il y en avait. Même après la décriminalisation du suicide, des destructions pouvaient avoir lieu.

Lettre de Hyacinthe de Coataudon-Kerdu, 25 mars 1867, Brignogan (Finistère). Archives départementales du Finistère, 4M81, gendarmerie impériale de Brest. Cette lettre a été mise au feu avant d’être sauvée in extremis par la mère du défunt.

Il faut aussi garder à l’esprit qu’une lettre de suicide « qui réussit » est une lettre qui atteint son destinataire, et qui n’est donc logiquement pas retrouvée par les autorités. De surcroît, il n’y a pas d’archive dédiée aux lettres de suicide, il faut alors, la plupart du temps, les chercher dans les archives judiciaires et policières qui, comme les archives de la préfecture de police de Paris par exemple, ont pu être détruites entre-temps. Néanmoins, même détruite ou perdue, la lettre de suicide existe, elle peut être mentionnée ou retranscrite dans les procès-verbaux ou dans les rapports de police, constituant ainsi des traces indirectes qui permettent de dire que les lettres de suicide sont une pratique antérieure au XVIIIe siècle.

Tableau illustration : Scène de suicide (?), s.n., huile sur toile, 106*96, XVIIe siècle, école hollandaise, PBA Lille. Ce tableau permet de supposer que la pratique de la lettre de suicide existait avant le XVIIIe siècle.

On peut trouver plusieurs raisons à l’apparition de cette pratique au XVIIIe siècle : les Lumières ont permis de mettre en lumière l’importance de l’individu face à l’obscurantisme religieux, favorisant l’écriture de soi. Parallèlement à cela, la confession est une pratique de plus en plus ancrée dans les mœurs. En outre, le rapport à la mort se modifie, le deuil devient un fait culturel à part entière, les cimetières des lieux de souvenir de la « mort de toi ». Le mot « suicide » apparait d’ailleurs à cette époque, remplaçant l’expression « homicide de soi ». Dans ce contexte, la lettre de suicide agit comme moyen de cristallisation de la mort de soi, elle devient une relique fortement chargée sémiotiquement par la brièveté[2] de sa forme.

Pour étudier les lettres de suicide comme objet littéraire et d’écriture de soi, Vincent Platini utilise des concepts issus de la recherche foucaldienne. Selon Foucault, le sujet se constitue à partir soit de l’assujettissement, soit de pratiques d’émancipation. Il faut considérer le sujet comme un produit historique, qui est fabriqué aussi bien par des forces extérieures qu’intérieures. Le pouvoir est constituant du sujet, mais il n’est pas seulement répressif. L’individu est un effet du pouvoir, le sujet se définit par points de contact avec celui-ci. Le discours sert à faire apparaître un objet, en le décrivant par des énoncés, des savoirs, des concepts qui obéissent à des règles communes de fonctionnement. Il organise le réel et notre perception. Il est important de considérer le discours dans son contexte historique : on ne parle pas du suicide de la même façon au XVIIIe et au XXe siècle. En définissant les blocs discursifs portant sur le suicide au cours de siècles, Vincent Platini souhaite étudier les lettres de suicide sous un nouveau jour et voir quelles relations elles entretiennent avec les discours de leur époque. La subjectivation est une déformation du sujet dans un rapport de soi à soi : le sujet réalise un travail sur lui-même, qui peut viser à émancipation, voire à une libération du sujet. L’hypothèse que fait Vincent Platini, c’est que le suicide peut être une technique de soi qui permettrait une subjectivation radicale, provoquant à la fois changement et destruction du sujet, en se révoltant contre ce que le sujet est et contre un pouvoir oppressif ou la situation qui le détermine. La lettre serait ainsi à la fois un produit de la situation du sujet et outil de révolte, de réinvention du rapport à l’autre.

Il reste à savoir où trouver des lettres de suicide, ce qui peut s’avérer difficile et dont les résultats sont le plus souvent ni représentatif, ni exhaustif. Parfois, les documents sont endommagés ou illisibles, mais cela peut créer du sens, ce que Wolfgang Iser qualifie d’indétermination et qui crée un espace d’interprétation dans le texte. Il faut parfois croiser des sources pour donner du sens aux lettres ou à l’absence de lettres. Face à une lettre ensuite, il convient de s’intéresser à la fois à ses éléments intratextuels, paratextuels et extratextuels, pour en déterminer le contexte d’écriture et de réception. On peut ainsi comprendre la mise en scène de la lettre, le parcours de celle-ci y compris après la mort du scripteur. La matérialité, le support de la lettre sont aussi révélateurs; ils donnent une image du scripteur, qui peut évoluer en cours d’écriture, auquel cas il faut se demander pourquoi ce changement a lieu. Cette image du scripteur peut d’ailleurs changer du tout au tout selon le destinataire de la lettre, il est donc intéressant de pouvoir comparer plusieurs lettres du même auteur adressées à des personnes différentes. Le respect ou non des conventions épistolaires, la façon de signer notamment, est un autre élément significatif. Enfin, la lettre est à étudier comme tout objet textuel : les temps verbaux, les pronoms, le lexique employé sont autant d’indices de l’écriture de soi et de la subjectivation du scripteur.

Vincent Platini a finalement conclu en soulignant que les lettres de suicide sont à considérer comme des constructions historiques, en ce qu’elles sont créées dans un contexte, historique et discursif, donné, mais aussi constituées a posteriori par les archives dans lesquelles elles ont été conservées. Par ailleurs, on peut les voir à la fois comme un outil et un produit du sujet, « la lettre fait le sujet autant que le sujet fait la lettre ». Enfin, il qualifie les lettres de suicide de « littérature thanato-épistolaire » : elles ne sont pas de simples documents, mais des lambeaux de littérature épistolaire qu’il convient d’analyser comme tels.

À la suite de cette présentation, Anne Baillot s’interroge sur l’existence de manuels épistolaires dédiés aux lettres de suicide. Si on ne trouve pas de tels guides, les lettres de suicide prennent majoritairement appui sur les normes d’autres types de lettres. Au XXe et XXIe siècles, on trouve cependant des ébauches de guide, sur Internet par exemple. Elle s’interroge également sur la formation de policiers autour du suicide au moment de la décriminalisation du suicide, ce à quoi Vincent Platini répond que le changement s’est fait de manière progressive, avant et après le changement de la loi. La recherche de lettres s’est d’abord faite empiriquement, avant de figurer dans les manuels de police de façon codifiée dans les années 1810 et 1820. Pour clôturer la séance, nous avons fait quelques analyses de cas de lettres de suicide ensemble.

J’ai trouvé le travail de Vincent Platini très intéressant, original et enrichissant. Le choix de la lettre de suicide comme objet littéraire est tout à fait surprenant, mais il me paraît étonnant, après cette présentation, que personne ne se soit penché sur le sujet auparavant et qu’il y ait eu jusqu’ici un tel manque d’intérêt pour ces documents. Outre l’intérêt dans une perspective d’écriture de soi, je trouve qu’il est d’autant plus important d’étudier les lettres réelles de suicide, en ce qu’elles ont été écrites par des personnes qui ne sont pas des auteurs professionnels, voire qui ont appris à écrire précisément en vue d’écrire une lettre de suicide.

Bibliographie

  • Dominique Godineau, S’abréger les jours : le suicide en France au XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 2021. Il s’intéresse à la conception et la manipulation des lettres de suicide.
  • Thomas Macho, Das Leben nehmen: Suizid in der Moderne, Berlin, Suhrkamp, 2017

[1] Maurice Halbwachs, Les causes du suicide, 1930.

[2] Pour de plus amples informations sur l’efficacité sémiotique de la forme brève, voir : Meynard, C., & Vernadakis, E. (Eds.) 2019. Formes brèves : Au croisement des pratiques et des savoirs. Angers : Presses universitaires de Rennes. doi :10.4000/books.pur.139791


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 11/04/2022

    […] Platini. « Une technique de soi : les lettres de suicide. », carnet Écritures de soi entre France et […]

  2. 15/05/2022

    […] peut trouver ici un résumé de mon intervention rédigé par Marganne Roy, merci à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search