Marie Puren. Enfants en guerre : la propagande littéraire à destination de la jeunesse pendant la Première Guerre Mondiale. L’exemple des « Livres Roses » de la Guerre.

Le 10 décembre 2021, lors d’une quatrième séance de notre cycle de conférences, nous recevions Marie Puren, enseignante-chercheuse en histoire et en humanités numériques à Epitech Paris, pour nous parler de la propagande de guerre à destination des enfants, particulièrement durant la Grande Guerre.

Durant la Première Guerre mondiale, la violence est subie non seulement au front, mais aussi dans la société elle-même. George Mosse parle d’une brutalisation de la société et cette violence est mise au service de la culture de guerre. En France, la propagande participe de la dimension totale du conflit et de la culture de guerre, avec notamment l’émergence de l’idée d’une « Union sacrée » qui réunit l’intégralité de la population au service de la victoire française. C’est dans cette démarche que l’on crée une propagande destinée aux plus jeunes, puisqu’on ne peut tout de même pas envoyer les enfants se battre. Stéphane Audoin-Rouzeau parle d’un « enjeu caché de la guerre » : c’est pour les enfants que l’on fait la guerre, pour protéger leur avenir. Cet argument rend la guerre plus acceptable et favorise un engagement sur le long terme.

L’enfant est directement mobilisé dans le conflit avec une propagande dédiée qui utilise les mêmes thèmes que celle qui est destinée aux adultes, mais elle est plus stable. Cette constance permet d’observer, aujourd’hui, ce que Marie Puren a appelé le « noyau dur » de la culture de guerre européenne et de mieux comprendre les représentations de la guerre et de ses violences à l’époque. Cette propagande prend souvent la forme d’une culpabilisation de l’enfant. On attend un dévouement des plus jeunes, en les présentant comme des héros et héroïnes du quotidien qui se doivent d’adopter une conduite exemplaire. Les attentes diffèrent évidemment pour les filles et les garçons : les premières doivent avoir une attitude de « care » ; tandis que les seconds doivent incarner de futurs soldats. L’institution scolaire contribue à cette propagande en inscrivant l’éducation dans une démarche patriotique.

Cartes postales d’époque illustrant les différentes conduites attendues des enfants

Tous les loisirs enfantins sont touchés par cette culture de la guerre, et c’est dans ce contexte qu’émerge la littérature de guerre. La production de livres de guerre pour enfants se massifient en France comme en Grande-Bretagne ou en Allemagne. En France néanmoins ce phénomène n’est pas nouveau, puisqu’on le trouve déjà depuis la guerre de 1870. Cette littérature prend plusieurs formes : albums illustrés, livres de coloriage, abécédaires, mais aussi des ouvrages plus abordables, comme la collection des Livres Roses de la librairie Larousse. De nouveaux périodiques sont créées, d’autres qui existaient déjà se convertissent. Les histoires d’aventures sont « relocalisées » dans le contexte de la guerre européenne. Cette littérature peut être particulièrement vulgaire et crue pour souligner la haine de l’ennemi d’une part et susciter l’indignation d’autre part. La mort est très présente, mais la guerre n’est pas fidèlement dépeinte par rapport à ce qu’est la réalité de la Grande Guerre : il n’est pas question d’une guerre de tranchées, mais plutôt d’une guerre « à l’ancienne », de cavalerie. On y montre des blessés français heureux de se sacrifier pour la patrie, alors que l’ennemi subit une mort atroce. On se permet de montrer des images violentes aux enfants dans le but de former de futurs patriotes.

De manière générale, la production éditoriale est impactée par la guerre : la main d’œuvre et les matières premières manquent, on édite et on publie moins. Pourtant, la librairie Larousse se démarque grâce à une réorientation patriotique. En effet, elle commence à éditer des livres informatifs à propos de la guerre, mais aussi de la littérature héroïque ou nationaliste. Les manuels scolaires et les dictionnaires, la spécialité de la libraire, se vendent moins, et la littérature patriotique vient compenser ce manque. La littérature jeunesse représente un quart de cette production patriotique. En 1915, les « Livres Roses », sa plus importante collection, s’enrichit d’une série héroïque : les « Livres Roses de la guerre ». Créés en 1909, ils connurent du succès pendant près de trente ans. Il s’agissait au départ principalement de traductions et d’adaptation de romans du catalogue de la maison d’édition anglaise Steads, destinées à un public mixte entre 6 et 13 ans pour un coût de production très bas. La particularité, pour l’époque, c’est que la libraire Larousse souhaite s’adapter aux goûts de ses lecteurs : elle leur demande des retours en envoyant des spécimens ou grâce à des encarts publicitaires. Cette démarche permet de se démarquer de la concurrence. Avant la guerre, les Livres Roses étaient surtout composés de contes d’animaux, de récits exotiques ou régionaux, d’adaptation de classique de la littérature ou de récits mythologiques. La guerre marque un tournant pour la collection, qui va publier une centaine de titres qui traitent de la guerre en en donnant une vision héroïsée. En exposant les atrocités de la guerre et en justifiant la poursuite des combats, ces courts romans cherchent à cultiver le patriotisme de ses jeunes lecteurs tout en profitant de ce marché particulièrement lucratif.

Exemples de couvertures de Livres Roses de la guerre

L’enfant y est représenté comme un héros patriote. Mais c’est un enfant réel et plus une figure légendaire comme avant la guerre. Il s’agit de fournir aux enfants un exemple de moralité et de civisme à suivre. On trouve par exemple l’archétype de l’engagé volontaire qui intègre l’armée avant d’y être obligé et qui est heureux de le faire. Il est parfois recruté en récompense de ses actes. Souvent adopté par une troupe, il reste dans une ambiguïté permanente, entre adulte soldat et enfant qu’on câline. Il expérimente la violence sur lui et sur les autres, il devient auteur de la violence lui-même. Pour les petites filles, on incite à participer à l’effort de guerre, non en donnant la mort, mais en aidant, soutenant, soignant. Une conduite héroïque est tout de même possible grâce à des qualités physiques et mentales. Elles ne sont pas récompensées de la même manière que les garçons, puisqu’elles gagnent une place d’infirmière de guerre quand elles font leurs preuves. On trouve aussi la figure mixte de l’enfant qui résiste, soit en faisant des farces à l’ennemi, soit au quotidien en adoptant une attitude de défiance face à l’ennemi. Les qualités enfantines sont ainsi transformées pour servir le patriotisme et l’Union sacrée : le jeu devient une arme, l’insouciance une façon de résister à la peur et d’oublier la violence quotidienne. Les enfants deviennent des héros du quotidien qui ont pour devoir de ne pas succomber à la peur pour donner l’exemple à leurs aînés. Se décourager, ce serait jouer le jeu de l’ennemi. Il faut maintenir une vie normale sur le « front du quotidien ». En louant ces figures de papier, on culpabilise ainsi les jeunes lecteurs qui se comporteraient autrement.

Cette collection réactualise un modèle antérieur à la guerre : la figure du Boy-scout. Marie Puren cite l’exemple de Deux Boy-Scouts à Paris, un livre de Jean de la Hire, auteur auquel elle a consacré sa thèse de doctorat. Lui et son épouse, Marie de la Hire, étaient tous deux auteurs de romans patriotiques. Le héros scout contribue à la militarisation de la littérature enfantine et avait beaucoup de succès déjà avant le conflit. Le mouvement scout se développe en Grande-Bretagne à partir de 1908 sous l’impulsion des écrits du général à la retraite Robert Baden-Powell; il a pour vocation de former des jeunes indépendants, confiants et utiles à la société. En France, le roman scout permet de réactualiser le roman d’aventures, lui-même héritier du roman de formation, et se vend très bien dans un contexte de développement de la littérature de jeunesse. Grâce à ses qualités et sa formation, le scout est un personnage tout trouvé pour devenir un héros patriotique. Le mouvement scout y est dépeint comme une préparation à l’armée, avec une mise en valeur d’une pédagogie de l’affrontement. Ces figures font passer leur devoir avant le reste et elles ont intériorisé leur futur de soldat. L’archétype du boy-scout s’appuie sur celui de l’enfant-soldat, incarné par des personnages réels comme Joseph Agricol Viala ou Joseph Bara, morts héroïquement au combat pour la République, modèle déjà réactivé par le personnage d’Emile Desprès. Les boy-scouts ont l’avantage d’exister dans le quotidien des jeunes lecteurs, ce qui facilite leur identification au personnage du roman.

La mort de Bara, Jean-Joseph Weerts (1883), Musée d’Orsay, Paris (domaine public, Wikipédia)

Une discussion a suivi cette présentation, durant laquelle Marie Puren a précisé la métaphore de « l’ange blanc » qu’elle avait utilisée dans sa présentation, qui désigne les infirmières à cause de leur coiffe et suggère l’idée de l’ange qui se penche sur les soldats blessés ou mourants. Cette image et tout un folklore autour d’elle se construisent au moment de la guerre. Anne Baillot a également posé des questions sur les illustrations de ces ouvrages et sur les pratiques de lecture des jeunes, et surtout de leur encadrement. Ce dernier point est un sujet à approfondir. Elle a par ailleurs cité d’autres modèles d’enfants de la littérature, comme Gavroche, qui nourrissent plutôt les personnages d’enfants farceurs et espiègles mentionnés durant l’exposé. Marie Puren a quant à elle souligné le rôle de cette littérature comme rempart contre l’affect du soldat qui se développe à mesure que la guerre progresse et que se révèle l’expérience traumatisante qu’elle constitue. Elle a en outre indiqué avoir consulté les ouvrages étudiés soit sur place en bibliothèque, soit sur microfilms, soit au format numérique sur Gallica.

La présentation de Marie Puren était extrêmement instructive et les thèmes abordés demeurent malheureusement très actuels. Il m’a paru vraiment intéressant de voir comment la propagande était adaptée pour les enfants tout en restant extrêmement crue et violente, bien que totalement déconnectée de la réalité des tranchées. Je trouve en outre toujours intéressant de voir la filiation historique, en quelque sorte, avec cette transmission d’une vision de la guerre et d’une haine de l’ennemi héritée de la guerre de 1870.

Bibliographie

  • Audoin-Rouzeau, S. (1993). La guerre des enfants 1914-1918 : Essai d’histoire culturelle. Armand Colin.
  • Mosse, G. L. (1999). De la Grande Guerre au totalitarisme : La brutalisation des sociétés -européennes (E. Magyar, Trad.). Hachette littératures.
  • Puren, M. (2013). Les Livres Roses de la guerre (1915-1919) : La mise en scène de l’enfant-héros pendant la Première Guerre mondiale. In C. Milkovitch-Rioux, C. Songouslahvili, C. Hervouët, & P. Vidal-Naquet, Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse (XXe-XXIe siècles). Bibliothèque nationale de France. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03121414
  • Renonciat, A. (1997). Les livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931) : Années-charnières, années pionnières [These de doctorat, Paris 7]. http://www.theses.fr/1997PA070107

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search